Actualités

Très douloureuse, la névralgie cervico-brachiale nécessite des médicaments… et du repos. On fait le point avec un neurologue.

Qu'est-ce qu'une névralgie cervico-brachiale ?

Mini-leçon de médecine. Les nerfs qui transportent les informations du cerveau vers le bras, la main et les doigts naissent dans la moelle épinière, à l'intérieur de la colonne vertébrale. Leurs racines mélangées sortent de la colonne vertébrale à travers le trou de conjugaison, une « porte osseuse », puis progressent dans le cou. Un peu avant l'épaule, les nerfs se différencient avant de continuer leur trajet jusqu'au bout des doigts.

La névralgie cervico-brachiale se définit comme une irritation ou une lésion de la racine d'un nerf qui descend le long du bras. Caractérisée par une douleur intense, la névralgie cervico-brachiale s'observe surtout au niveau des racines nerveuses C5, C6, C7 et C8. La lésion ou l'irritation a lieu entre la sortie de la moelle épinière et la sortie de la colonne vertébrale (par le trou de conjugaison, donc), soit sur une portion de 2-3 centimètres.

Quelles sont les causes de la névralgie cervico-brachiale ?

Il existe deux causes principales (elles représentent environ 95 % des cas) qui peuvent aboutir à une névralgie cervico-brachiale : la hernie discale et l' arthrose.

En cas de hernie discale, un disque intervertébral (ces « plaques » fibreuses situées entre les vertèbres de la colonne vertébrale qui empêchent les frottements osseux) peut se décaler en arrière et venir comprimer les racines nerveuses.

En cas d' arthrose, le trou de conjugaison (qui constitue donc la « porte de sortie » des racines nerveuses) rétrécit en raison de l' arthrose : cela se traduit par une compression nerveuse.

Et aussi. Plus rarement, la névralgie cervico-brachiale peut résulter d'une tumeur de la racine nerveuse (neurinome), d'une tumeur de la méninge (méningiome) ou encore d'une maladie de l'os (des métastases osseuses, par exemple).

Névralgie cervico-brachiale : quels sont les symptômes ?

À savoir. La névralgie cervico-brachiale atteint autant les hommes que les femmes et les populations jeunes ne sont pas exclues. Les personnes qui pratiquent des métiers physiques (parachutisme…) et/ou des sports qui sollicitent beaucoup la colonne vertébrale (rugby…) ont toutefois davantage de risques de développer une névralgie cervico-brachiale au cours de leur vie.

Le symptôme numéro 1 de la névralgie cervico-brachiale, c'est la douleur. Celle-ci est intense, continue et violente : elle empêche de dormir et rend chaque mouvement du bras, de la main et/ou des doigts douloureux.

Il s'agit d'une douleur neuropathique, donc de type électrique : on a l'impression d'avoir un courant électrique qui part du cou et qui descend le long du bras. Cette douleur peut également prendre la forme de sensations de fourmillements, de picotements, de brûlures, de chaud ou de froid…

Diagnostic et traitements : quelle prise en charge pour la névralgie cervico-brachiale ?

Parce qu'elle est très douloureuse, la névralgie cervico-brachiale constitue le plus souvent un motif urgent de consultation chez le médecin. Le diagnostic est essentiellement clinique : le patient décrit sa douleur et indique précisément son trajet afin que le médecin puisse déterminer quelle racine nerveuse est irritée ou lésée (C5, C6, C7 ou C8).

Le médecin recherche ensuite des critères de gravité qui pourraient révéler une atteinte sévère de la racine nerveuse : une paralysie musculaire ou un membre supérieur « endormi », par exemple. En cas de suspicion de névralgie cervico-brachiale grave (c'est-à-dire : avec une racine nerveuse réellement abîmée, pas seulement irritée), une électromyographie (EMG) pourra aussi être réalisée.

La cause de la névralgie cervico-brachiale est généralement identifiée à l'aide d'un examen IRM ou d'un scanner de la colonne vertébrale.

Névralgie cervico-brachiale : quels sont les traitements ? Lorsque la névralgie cervico-brachiale ne s'accompagne d'aucun critère de gravité, le traitement est principalement symptomatique. Ainsi, le médecin prescrira :

- des antidouleurs. Les antalgiques « classiques » (comme le paracétamol) sont généralement insuffisants : il s'agira plutôt de gabapentine (Neurontin®) ou de prégabaline (Lyrica®).

- des anti-inflammatoires. Contre la névralgie cervico-brachiale, on utilisera des corticoïdes puissants.

Le traitement de la névralgie cervico-brachiale est souvent long, avec des sensations désagréables dans le bras qui peuvent persister pendant 3 mois. Le repos est absolument indispensable, et une minerve pourra aussi être prescrite – de la kinésithérapie peut également être indiquée. La chirurgie, quant à elle, est exceptionnelle et réservée aux névralgies cervico-brachiales graves (une hernie très volumineuse menaçant la moelle épinière, par exemple).

Merci au Dr. Jean-Pierre Balagué, neurologue à la clinique du Pont de Chaume (Montauban – groupe ELSAN).

 

©Femme Actuelle, le 27 juillet 2020 - Par Apolline Henry